Correction post-rédaction : les 3V

La méthode des 3V

La post-rédaction recouvre toute la phase se situant après votre rédaction (print ou web).
Vous êtes satisfait, vous avez pondu un texte et n’avez qu’une hâte : le diffuser !
Mais avez-vous pensé à tout ?

La post-rédaction est une dernière étape à considérer avec sérieux. Il ne s’agit pas simplement de se relire à la va-vite, en diagonale, même si c’est déjà pas mal.

Prendre quelques minutes supplémentaires pour ne rien négliger, permet :
–  d’offrir de la qualité ;
–  de montrer qu’on a fait l’effort de respecter les futurs lecteurs ;
–  d’être satisfait d’un travail correctement effectué, d’être satisfait de soi.

Après les 3C, pensez aux 3V

Pour toute rédaction, vous avez sans doute appliqué les fameux 3C : court, clair concis.
Concernant maintenant la post-rédaction, voici les 3V : valoriser, vérifier, virguler.
Cette démarche est valable aussi bien pour le web que pour le print.

L’idéal serait d’avoir le temps de regarder dans les dictionnaires la définition exacte de certains termes qui ne sont pas toujours appropriés. Trouver le mot juste demande de la disponibilité.

VALORISER

Ici, valoriser (ou optimiser) consiste à faire le tour de sa rédaction de manière à ce qu’elle soit irréprochable afin de ne pas avoir, a posteriori, envie ou besoin de la changer. Particulièrement du point de vue du sens des mots.

Quel terme serait plus juste, plus fort, moins ambigu ? Le but est d’éviter des contresens, des quiproquos dans l’esprit du lecteur. Bref, de tendre vers la plus grande clarté.
Utilisez un dictionnaire pour éviter les répétitions et les doublons. Il existe des synonymes et des procédés de transformation qui permettent d’éviter lourdeurs et répétitions.

Chaque fois que vous corrigez à l’écran, sortez une épreuve (réutilisez le verso de brouillons pour économiser le papier, même si celui-ci est recycable et/ou déjà recyclé). Puis relisez-là de nouveau, plutôt à voix haute.
Par principe, les erreurs sautent mieux aux yeux sur le papier que sur un écran qui éblouit et sur lequel on passe parfois des heures, sollicitant nos rétines avec mille choses autour.

Attention également à la pagination quand il s’agit d’un document de type compte-rendu ou mémoire (print ou pdf). Vos chapitres et pages correspondent-ils bien au sommaire ? C’est tout bête, mais au moindre changement, certains éléments peuvent bouger (un sous-titre passant à la page suivante).

Or, un logiciel de traitement de texte qui agit comme un robot, a aussi ses écueils. Par expérience, je préfère tout faire « à la main », m’étant aperçu que j’allais bien plus vite par rapport notamment à la mise en page que je souhaitais.

Quant au numérique (rédaction web pour un article ou autre), « valoriser » peut aussi être considéré comme le fait par exemple d’agrémenter son texte par une image – dessin photo, infographie, etc. –, à condition que cette illustration apporte un plus et soit en relation directe avec le sujet. Sa raison d’être est d’attirer et de casser une certaine monotonie. Sans compter qu’avec un titre et la balise alt, elle permet de renforcer votre référencement…

VÉRIFIER

3 choses à vérifier (fond, forme présentation) :

  • la logique : « Les paragraphes s’enchaînent-ils de manière cohérente ? », « Ce que j’ai écrit traduit-il exactement ce que je voulais dire ? », « Est-ce que ce que je dis est utile ? » ;
  • le français : orthographe, grammaire… Une petite vérification basique ne fait pas de mal car on a vite fait de pondre une coquille par manque d’attention ;
  • le respect des règles typographiques : « Est-ce que j’ai bien mis une espace avant les points-virgules en bout de phrase incluse dans une liste ? », « Est-ce qu’il y a bien une espace avant et après mes deux points ? ».
VIRGULER

La définition initiale de « virguler » est de s’occuper des virgules de son texte, de bien les disposer. Plus largement, il s’agit de la lecture définitive d’un texte avant son impression ou sa publication en ligne. La part de responsabilité se joue ici. L’idéal est de pouvoir prendre son temps.

Il est impératif de virguler votre document avant de le remettre ou de le diffuser en ligne. N’oubliez pas qu’une fois le document remis, vous ne pourrez pas revenir dessus. Particulièrement gênant pour les fichiers PDF et les imprimés n’est-ce pas ?

Pour le numérique, c’est plus simple heureusement : on peut revenir sur son billet de blog et le corriger si l’on constate une coquille après publication… Le tout est de bien se relire, en ayant laissé passer du temps entre chaque lecture.

Je sais que c’est un luxe et que c’est difficilement compatible avec la frénésie de la vitesse actuelle, mais…

À quoi ça sert

Vous vous demandez peut-être à quoi ça sert tout ça ?
N’oubliez pas que tout ce que vous écrivez vous reflète, comme une carte de visite. Votre image et votre réputation en valent la peine.

Un texte est d’abord visuel. Le premier rapport du lecteur avec votre écrit est donc la présentation. Chaque mot, depuis son orthographe jusqu’à son emplacement dans une phrase a un impact psychologique sur le lecteur…

L’objectif est donc de lui offrir un véritable confort, qu’il ne soit gêné ni choqué par rien.
Sa lecture n’en sera que plus agréable et il en gardera une impression positive.

Si vous trouvez votre texte parfait, vous pouvez vous réserver un V… pour Victoire.
Cela dit, ne vous inquiétez pas, la perfection n’existe pas.

Advertisements

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s