Archives du mot-clé langage

Pourquoi les éléments de langage sont improductifs

Ils ne fonctionnent pas. Ils ne fonctionnent plus… De quoi s’agit-il ? Des éléments de langage qui habillent la parole politique ; ces mots, ces formules que vont répéter quelques personnes enfermées dans une idéologie, quelle qu’elle soit, qui souhaitent gérer une crise ou  simplement répondre à une question, en proposant un message construit sur mesure. Que l’information soit vraie ou non…

perrots

Pourquoi les éléments de langage deviennent-ils improductifs ?

Parce qu’il y en a trop, qu’ils sont trop souvent utilisés et par trop de monde. Des formulations en boucle supportées par nos oreilles finissent par engendrer une contre-productivité, dont le résultat se manifeste – chez les individus à qui s’adressent ces messages – soit par une forme de rejet, de dérision ou d’indifférence, de défiance, de doute, de provocation ou de ras-le-bol. Dans tous les cas, cela peut être perçu comme du mépris et ce n’est jamais bon, particulièrement pour la démocratie.

Le discours est tellement voulu, léché, si peu original et surtout tellement répétitif. Bien sûr, des idées communes demandent d’être sur la même longueur d’ondes au niveau du message et nous sommes d’accord qu’une communication doit avoir préparé un axe cohérent, partagé de concert par tous les membres d’un même mouvement. Mais de là à utiliser le marteau issu du même moule, sans aspérités, sans originalité, et surtout sans authenticité…

Si le but initial est de convaincre, on finit par obtenir l’opposé. En effet, à force d’entendre exactement la même forme, construite et préparée pour être diffusée à la virgule près, on ne peut que s’éloigner du naturel. Or, être naturel, être soi-même, reste la meilleure manière d’être apprécié à sa juste valeur.

J’ai envie de comparer ces éléments de langage aux fruits et légumes « traités », rangés comme des petits soldats dans les casiers des supermarchés… Toutes ces denrées se ressemblent ; elles sont bien calibrées. Le problème est qu’au final, non seulement, elles n’ont aucun goût mais elles peuvent être nuisibles (merci les pesticides).
Certes, comparaison n’est pas raison, mais je n’ai pas trouvé d’autre métaphore.

Quand la répétition de mots-clés prend des allures de spam 

Beaucoup de domaines ont leur jargon, leur novlangue (que dire de l’économie par exemple). Mais la politique est une sphère particulièrement aliénée depuis des décennies par les « conseillers en communication » pour qui l’utilisation des éléments de langage est devenue systématique – sous couvert d’être pédagogiques, tout en faisant passer l’info que l’on veut. Le problème est que cela est devenu un tel réflexe que le récepteur ne peut plus croire au message lui-même. D’autant qu’avec du recul et une observation simple, force est de constater le gap entre lesdits discours en kit et les faits réels, les actions menées « sur le terrain », voire les éventuels changements (positifs bien entendu).

Vous allez me dire qu’il est nécessaire d’avoir une cohésion, qu’il est par conséquent logique de valider un « discours » repris par tous les membres d’un même groupe, d’un même mouvement. (Cf. plus haut.)

Certes, mais n’oublions pas que l’énonciation, la façon de dire un message, possède l’extraordinaire caractéristique de pouvoir varier. C’est d’ailleurs, la grande force et la magnificence de la langue française. Selon les personnes, leur nature, leur éducation, leur culture, cette forme peut prendre différentes tournures.
On pourra se payer autant d’heures de media training que l’on veut, lorsque l’on s’adresse au plus grand nombre, le mieux est de s’exprimer le plus simplement du monde.

À l’inverse, le langage fabriqué, qui fait que tous répondent sans même faire l’effort d’essayer un synonyme – non, non, je ne parle pas de la langue de bois, ce greffon pavlovien si souvent partagé – pour que les idées soient formulées à l’identique de peur d’un dérapage incontrôlé (enjeu électoral oblige), est l’outil le mieux partagé au sein d’un parti, il est aujourd’hui indiscutable que c’est justement ce même langage ronronnant qui finit par devenir improductif, voire contre-productif !

L’omniprésence des éléments de langage dans les messages politiques actuels polluent les échanges. L’overdose guette. Au point qu’il ne serait pas illogique de les comparer au langage des spameurs ! Or, on sait tous où un spam termine sa course…

La réalité est que rien ne vaut de parler vrai, sur ce qui vous anime, sur ce qui fait que vous êtes là, à vouloir convaincre votre prochain. Mais pour convaincre, il faut être soi-même convaincu par ce que l’on dit ! Plus encore, y croire totalement. La gestuelle, le ton, les mots qui habillent le message, lorsque l’on accepte d’être soi-même, ont bien plus de force qu’une leçon technique apprise en dehors de tout sentiment.

Il est en effet évident que l’on sent tout de suite, quand vous vous exprimez oralement, si vous êtes sincère, si vous êtes convaincu. Contrairement à ce que les fourbisseurs de « belles » paroles peuvent penser, il est assez aisé de discerner une parole mécanique. Les éléments de langage tels que programmés sur mesure, ôtent toute forme de sincérité au propos, et cela se ressent. La sincérité étant la base pour transmettre une conviction, il est aisé de comprendre que, sans elle, on obtient l’effet inverse.

Maîtriser son sujet permet une spontanéité

Autre chose, le recours aux éléments de langage cache parfois une inculture, un manque de maîtrise d’un sujet, voire une absence d’idées et de solutions. On veut sauver son image ou imposer son parti et l’on pense que la forme suffit.

Mais la communication, ce n’est pas ça ! Ce n’est pas que de la pédagogie en boîte. C’est même tout le contraire. Les spin doctors auraient-il si peu de recul ou de psychologie pour ne pas comprendre que le marketing fabriqué (pléonasme), ne fait pas tout, et possède même des limites ? Est-ce qu’ils se posent la question de savoir pourquoi l’image des politiques est si dégradée ?

Je dis souvent que « la forme fait passer le fond ». Mais, premièrement, une forme trop léchée visiblement travaillée, est toujours suspicieuse, particulièrement dans la bouche d’un personnage public. Deuxièmement, même si la forme est bonne, et qu’effectivement elle arrive à ses fins, le fond reste primordial sur la durée. La valeur du message ressort lorsque ce message a du sens. Il peut alors être compris. Encore faut-il avoir du fond et des idées… Sinon, toute tentative de communication serait du vent.

Pour cela, rien ne vaut de réfléchir en profondeur à la validité et à la pertinence de ses arguments, de bien savoir de quoi on parle, d’avoir des idées et de connaître ses dossiers.
S’il n’y a pas de matière, de réflexion, de fond solide, intelligent, intéressant, logique, ouvert aux autres et porteur d’éléments propres à faire évoluer des choses en apportant une réelle nouveauté, l’image de celui qui aura diffusé le discours en question, ne durera qu’un temps.

Le but d’une communication est d’être compris

Les foules attendent qu’on leur parle de manière naturelle. Elles sont (nous sommes) sensibles à la sincérité. Or, ce qu’il faut bien comprendre justement, c’est que cette sincérité transpire toujours d’un discours : tout passe dans le ton, dans le ton de conviction, dans la gestuelle… et dans la façon de dire les choses. On voit tout de suite quand une personne parle avec ses tripes. Cela ne trompe pas. Et, inversement, si l’orateur répète une leçon apprise, si les mots ne sont pas les siens, s’il ne les a pas vraiment choisis, le récepteur du message le ressent également tout de suite. Parler avec son cœur, avec ses tripes (c’est-à-dire avec conviction), désolée, mais cela ne s’apprend pas.

Le problème avec les éléments de langage, véhiculés à travers les médias, c’est qu’ils peuvent cacher la vacuité d’un propos. De ce point de vue, la plume de Jean-Claude Guillebaud reste parmi les plus affûtées et maîtrisées pour décrire régulièrement le vide tristement sidéral de la sphère politicienne (et médiatique) qui tente de surnager dans une société devenue spectacle.

Au risque de me répéter, quels que soient les efforts que leurs représentants élus font sur la forme, qu’ils croient à ce qu’il disent ou non d’ailleurs (attention, certains peuvent être sincères au fond d’eux), rien ne vaut de parler franchement, de dire les choses telles qu’elles sont. Par ailleurs et logiquement « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement ».

Alors attention aux formules toutes faites, aussi éphémères qu’une médaille en chocolat au soleil ; attention aux mauvais mots dont on abuse pour recouvrir les maux de la société, au lieu d’appeler un chat un chat et prendre ses responsabilités.

Une communication qui porte ses fruits, qui séduit, passe par un message moins robotisé, que ce soit dans la forme (on respecte son auditoire) ou sur le fond (on partage du sens).

Tout le contraire de la langue de bois finalement…

+Anne Ropion

Langage oral : des tics en rafale

0007644534Q-849x565Si vous avez une écoute attentive, il ne vous aura pas échappé que chacun d’entre nous peut présenter un tic de langage… (y compris votre serviteur). Il y a ceux qui débutent presque toutes leurs phrases par « c’est vrai que », ceux qui placent un très agaçant « effectivement » ou « absolument » à tout bout de champ, ceux qui ont toujours besoin de commencer par « écoutez », etc. De quoi vous faire dresser l’oreille !

Et vous, quel est votre tic de langage ?

Quelques fins de phrases :

… on va dire.       (Un des plus énervants ! Je ne l’ai jamais compris…)
… quelque part.  (Aussi énervant que le précédent.)
… voilà.                (Se place aussi bien en milieu de phrase qu’à la fin…)
… quoi.                 (Celui-là dépend des régions.)
… tu vois.
… d’accord ?        (S’entend souvent chez les parents s’adressant à leur enfant.)
… point barre.     (Un point, c’est déjà pas mal.)
mais pas que.  (A supplanté « mais pas seulement ».)
… ou pas.             (Ce tic récent est pratique en termes de diplomatie. Mais, il peut devenir exaspérant, voire ridicule.)

Quelques débuts de phrases :

Tout à fait…         (Quand il est répété dix fois.)
C’est vrai que…   (Idem.)
C’est clair…          
(Vient souvent en simple réponse, tout comme « carrément ».)
Sérieux…              (Erreur syntaxique qui a remplacé « Sérieusement ».)
En fait…
J’vais t’dire…
Disons que…       

Des erreurs récurrentes

Dire « entre parenthèses » au lieu de « entre guillemets ».
Ces expressions ne sont pas toujours utilisées à bon escient. Lorsque vous digressez (pour détailler une info ou pour donner un avis), vous ouvrez donc une parenthèse, que vous refermez ensuite, et vous pouvez le dire oralement. Lorsque vous vous exprimez au figuré ou bien lorsque vous prononcez une phrase ou un mot de manière ironique par exemple, vous soulignez alors le fait que, bien sûr, c’est entre guillemets que vous le dites… Cela sous-entend un « si l’on peut dire » ou « si j’ose dire ».

Il y a aussi pêle-mêle : « j’veux dire », « ça le fait », « au taquet », « genre », « juste », « malgré que », « en même temps », « attends », « tu m’étonnes », « grave », « surréaliste ». Pour ce dernier terme, j’avoue avoir moi-même la fâcheuse manie de formuler un « c’est Star Trek »…
Il y en a ainsi des dizaines qui écorchent nos oreilles au quotidien. D’ailleurs, l’on s’aperçoit que ce sont toujours les mêmes qui passent en boucle. La plupart de ces tics malmènent la syntaxe du français sans états d’âme.

Concernant particulièrement le mot juste, on le retrouve très souvent placé n’importe où. Par exemple : « C’est juste pas possible. » Cette expression, dont la syntaxe a été jetée aux oubliettes, est légèrement différente d’un simple « ce n’est pas possible », puisque « juste » apparaît ici comme une notion de limite, venant appuyer un effet catégorique, sans autre alternative. Inversement – et plus justement –, on l’utilise aussi pour souligner la simplicité d’une idée, d’une action : « C’est juste un petit bobo. »

L’adverbe « TROP » qui revient comme un ronron

Impossible de ne pas avoir perçu ce phénomène de mode, très partagé chez les ados (ou alors vous habitez Pluton) : « trop pas » étant l’ultime expression pour le moins absconse.
Cette inversion, qui n’a absolument rien à voir avec « pas trop », souligne l’intensité de la nature du sujet qualifié. Donc « trop pas » signifie ici « pas du tout ! ».
L’adverbe « trop » doit en principe compléter un verbe (il travaille trop) ou venir renforcer un adjectif ou un autre adverbe (elle parle trop vite ; la mer est trop basse pour se baigner).

Mais ce « trop » est également mis à toutes les sauces. Certains l’utilisent – souvent sans s’en rendre compte – dans presque toutes leurs phrases… Que de tics en stock !
Rappelons que le mot trop évoque l’idée de quantité et veut dire à l’excès, de manière démesurée. Cela me permet donc de faire cette pirouette en disant que « trop, c’est trop ! ».

Des exemples ? Il vous suffit simplement de taper dans Twitter le hashtag #trop pour vérifier à la fois la popularité de ce tic et la moyenne d’âge des twittos…

« Il est trop, lui » : trop quoi ? On ne sait pas. Utilisé à tort comme un adjectif, cet adverbe peut en effet prêter à confusion, aucun vrai adjectif explicite n’étant employé à la suite. Du coup, cela peut sous-entendre tout et son contraire : par exemple, le fait d’être un drôle de zigoto mais dans un sens négatif (voleur, menteur, baratineur…) donc trop « mauvais » dans son attitude ; ou alors dans le sens positif (il est malin, il est beau, il est drôle, etc.).

Même si l’on peut évidemment comprendre ce qui est exprimé grâce au contexte de la conversation et/ou au ton employé, cette habitude de ne pas terminer une phrase ouvre la porte à toute sorte d’interprétations appauvrissant la liste d’adjectifs extraordinaires, autrefois proprement utilisés, réduits aujourd’hui à un seul et même ridicule petit mot.

Goodie : essayez de répéter à haute voix ce mot devant votre chat : « trop, trop, trop trop, trop, trop, trop, trop, trop, trop, trop »… Il va vous adorer.

Le double sujet…

La cerise sur le gâteau : le tic qui s’est installé insidieusement dans notre langage courant est une forme grammaticale, ou plutôt un effet de style employé par à peu près tout le monde. Je veux parler du sujet utilisé deux fois de suite de manière systématique.
Exemples :
« La pizza, elle est froide. » (Au lieu de « la pizza est froide »…)
« L’ordi, il est cassé. » (Au lieu de « l’ordi est cassé ».)
« Ma fille, elle veut changer son portable.« . (Au lieu d’un simple « Ma fille veut changer son portable« ..)
« Monsieur Trucmuche, il est au forum des entreprises » (Au lieu de « Monsieur Trucmuche est au forum des entreprises« ..)

Ce tic de langage – qui crée un pléonasme – a malheureusement atteint aussi les journalistes ou animateurs radio, ainsi que leurs invités, quels qu’ils soient. C’est une véritable épidémie.

« Trop la honte quoi ! »

+Anne Ropion

Mots, sigles, visuels : notre bain quotidien !

Tous les jours, que dis-je, chaque seconde, nos yeux sont sollicités. Nous « voyons » et surtout nous déchiffrons. On n’y pense plus, mais notre quotidien est cerné d’écriture, que ce soit sous forme de mot, de dessin, de sigle, bref de visuel… Nous baignons dans les signes.

Langage croate datant de l'an 1100.

Langage croate datant de l’an 1100.

Imaginez : dès le matin, vous ouvrez un œil, puis deux, et la première chose que vous voyez ce sont les couleurs puis dans la centième de seconde les formes qui portent les couleurs en question (votre commode, votre store, votre tapis, votre poster sur le mur…). Vous voilà rassuré(e), vous êtes bien dans le cocon de votre chambre.

Ensuite très vite, vous avez faim, alors direction la cuisine pour le petit-déjeuner (espérant que vous en preniez un) : là, machinalement, vous attrapez la brique de lait, le paquet de café, de chocolat, de thé ou de céréales, selon vos habitudes. Ces paquets ont certes un design, une couleur que vous reconnaissez, et surtout parfois un logo qui vous est familier.

Tous ces éléments vous font comprendre et vous assurent que c’est bien le bon produit dont votre main se saisit… Nous sommes là dans du visuel, même si sur les paquets en question sont imprimés un titre, une marque, une formule, une étiquette, voire une recette (de la com écrite donc).

Maintenant, imaginez que votre frigo renferme deux jus de fruits quasi-identiques : certes, vous allez d’abord chercher la différence de dessin qui montre les fruits. Mais inconsciemment, comme pour vous en assurer complètement, votre regard balayant les bouteilles se posera aussi sur l’écrit : « pamplemousse » ou « pommes », histoire encore une fois d’être tout à faire sûr(e). Tout ceci de manière à la fois automatique, quasi-instantanée et inconsciente.

Une fois prêt(e), vous sortez pour vous rendre soit au bureau, à l’école, ou dans un magasin, chez un ami, bref à vos occupations obligataires ou choisies. Sur le chemin, en voiture, à vélo, en transport en commun, votre regard va nécessairement, à un moment ou à un autre, se poser sur un support qui attire l’œil, une pollution visuelle (le plus souvent une grande affiche publicitaire 4×4). Et pour peu que vous soyez arrêté(e) à un feu, vous allez même peut-être lire l’information qui ressort de cette publicité. Un slogan court que votre cerveau va happer dès le matin. Encore et toujours de la communication…

À l’intérieur comme à l’extérieur

Et ne parlons pas des panneaux de signalisation (qui portent bien leur nom donc) : vous vous rendez dans un lieu pour la première fois, les panneaux vont vous indiquer si vous êtes dans la bonne direction (car non, le GPS ne fait pas tout). Et même arrivé(e) à destination grâce uniquement au GPS ou à votre smartphone, il vous viendra le besoin de vérifier sur place.

Votre recherche va donc solliciter une fois de plus vos yeux pour chercher de l’information, comme par exemple une affichette indiquant l’étage où se tient la réunion ou tout simplement le nom de la salle indiqué sur la porte… Tout ceci n’a l’air de rien et va très vite. Tout ce que je viens de décrire, on le fait machinalement. Ce que je veux dire, c’est que l’on a tout le temps besoin de communication.

drapeau plage #1Même un simple visuel en couleur peut servir d’indication. Par exemple, en été, dès votre arrivée sur votre plage préférée, vous jetez un œil sur le drapeau : Orange ? je fais attention… Vert ? youpi, je peux me baigner !
De même, vous êtes en train de faire la course pour montrer votre magnifique crawl ; mais soudain, les sauveteurs de la plage brandissent leur porte-voix pour signaler aux baigneurs qu’il est préférable de sortir de l’eau, un énorme banc de méduses ayant été repéré à proximité. Vous avez décodé ce son et l’avez compris en tant que message préconisant de faire demi-tour. Langage = communication = Information. Encore faut-il partager la même langue…

En symbiose avec les symboles

La colonisation de votre main par le smartphone est venue amplifier le phénomène – vous déconcentrant par une focalisation (mais ceci est un autre sujet) – et le balayage de votre regard a cette fois pour but la recherche d’info à tout prix : mails, tweets, blog, actu, SMS, appli, météo… du visuel et encore beaucoup d’écrit. Un mot, une lettre ou un signe reconnaissable dans le petit carré qui sert de logo à une application, suffit pour vous renseigner…

Je souhaitais simplement rappeler que l’écriture est partout. Le langage régit notre vie et nous ne nous en apercevons même plus. Pourtant cela reste extraordinaire ! Oui, un langage est une merveille. C’est un code qui permet à celui qui le connaît, de s’informer, d’échanger, de s’exprimer, de se déplacer, de se cultiver, de vivre en société.

Alors que le mois d’août se prélasse dans une parenthèse propice à l’oubli, J’avais envie de remettre à l’honneur cet « outil », servi par les mots, ces mêmes mots qui m’ont permis d’écrire ce billet et à vous, de le lire…

Langage : origine, utilité, évolution :

+Anne Ropion