Archives du mot-clé site

Le flat design ne doit pas faire oublier le contenu

plat_icon_theme_by_mallendeo-d6iwfn1On a beaucoup parlé de site responsive en 2013. C’est bien et c’est toujours d’actualité. Mais cette notion a vite été rattrapée par celle concernant le flat designMoi-même, j’ai cédé à la tentation, avec un nouvel outil très sympa, découvert ce week-end. En moins d’une heure, voici le résultat de mon test, avec un contenu évidemment non dupliqué depuis mes autres supports.

Le flat design, effectivement, c’est chouette, puisque sur une seule page, vous pouvez montrer ce que vous voulez : terminées, les arborescences alambiquées qui pouvaient décourager quelques internautes au passage. Place à un défilement vertical, avec un menu en haut ou sur les côtés (menu fixe bien entendu) ou bien pas de menu du tout. Chaque « rubrique » peut avoir son bandeau attitré, mais aucune obligation.

Cette tendance au design plat, c’est-à-dire surtout minimaliste, est principalement intéressante pour une start-up en préparation, pour une biographie, une histoire, un profil, pour la création d’un événementiel ou pour la mise en avant d’un seul produit ou service. C’est une solution simple, d’aspect léger.

Le contenu reste le plus important

Néanmoins, et c’est là où il s’agit de faire attention, ce n’est pas parce que l’approche est différente et plus souple, que le contenu ne doit pas en être moins bien pensé stratégiquement.
Au contraire : plus le design est minimaliste, plus le contenu se voit, plus le texte ressort !

Le visuel importe, on le sait. Et tous ces charmants pictogrammes ludiques, parfois accompagnés d’une phrase ou d’un texte, sont attachants. Mais justement, au niveau de l’impact, le contenu rédactionnel – ce que l’on dit et la façon dont on le dit – reste primordial et compte autant que le contenu visuel : choix des couleurs, charte graphique, taille, emplacement… Le choix des rubriques et leur ordre de défilement également (ici aussi on peut perdre des internautes en route, avant qu’ils n’arrivent tout en bas).

Un site aura beau être sous forme de flat design, s’il est vide de sens, d’intérêt, incohérent dans son contenu, voire plein de fautes, le résultat vous desservira autant que pour un site d’approche plus classique.

Quand on choisit de se montrer sur Internet en mode flat design, on devrait redoubler de prudence, tant le visuel a de l’importance. Les défauts risquent en effet de bien plus ressortir. L’impression de l’internaute est immédiate ! Tout est plus « gros », plus direct aux yeux, puisque par définition, il y a moins d’éléments.

Par conséquent, dès la première seconde, l’effet psychologique induit est encore plus fort. Vous devez donc, dans l’intérêt de votre image, redoubler de soin.
Attention notamment à l’harmonie des couleurs entre elles ; à la couleur des titres aussi et à leur contraste (particulièrement illisible sur une image de fond bariolée). Etc.
Quant au texte, s’il est lui aussi minimaliste, soignez vos mots !

Pas de doute, si l’aspect d’un site en flat design est tout de suite plus attractif, il ne doit en aucun cas faire oublier le CONTENU.

Je ne connaissais pas strikingly.com et je dois dire avoir découvert une plate-forme tout à fait sympathique et techniquement très simple d’utilisation, intuitive et sans avoir à passer par une démo. (N. B. : je suis restée à la version de base, gratuite.)
Mais si je me suis bien amusée, cela ne m’a pas empêchée de passer un peu de temps en amont à choisir les mots exacts que je voulais y mettre… provisoirement.

Comme vous l’avez compris : le flat design ne doit pas faire oublier le contenu.

+Anne Ropion

Un site Web a besoin d’une stratégie éditoriale

file000132267159Vous êtes une entreprise et vous vous dites qu’il est temps de vous montrer sur Internet, d’avoir (enfin) votre site, ou bien de refondre la page qui vous servait de vitrine, devenue obsolète.
Excellente idée !
Mais un site Web étant un support de communication qui parle à votre place, la seule question qui doit présider à la démarche est :
qu’est-ce je mets dedans ?
Une question directement liée à vos objectifs.

Stratégie éditoriale obligatoire

Communiquer n’est pas un acte anodin. C’est ce qui reflète votre image, la construit, la pérennise, lui donne de la consistance. Quand on dit « image » c’est bien sûr tout ce qui va avec et qui la sert, en particulier et d’abord le message.

Vous avez sans doute pensé à une stratégie de communication, incluant automatiquement une stratégie digitale. Vous avez certainement déjà une charte graphique, ne serait-ce que pour vos supports papier et/ou logo (identité visuelle). Du coup, vous pensez « j’ai des infos, j’ai du texte pour le contenu du site, pas de problème« … Vous vous focalisez alors sur le visuel de votre site et ses sympathiques fonctions ; vous avez hâte de voir la maquette. Votre demande tourne aussi beaucoup autour du référencement, et c’est légitime.

Mais rappelons une chose importante : le contenu est le fondement de tout site. Il a besoin d’être traité avec sérieux, et d’être défini selon les objectifs de votre présence en ligne. C’est aussi lui qui va aider à votre positionnement et qui détient les clés d’un référencement naturel.

Alors quid d’une charte éditoriale ?

Le fond, la forme… et la présentation

Le fond : c’est le message, les informations que vous allez mettre, pour parler de vous, de votre entreprise, de votre métier, surtout de vos produits ou services. On appelle cela des données (data). Mais se vendre ou simplement se montrer sur Internet n’est pas aussi simple. Le fond est trié et décidé en fonction d’objectifs déterminés au préalable.

La forme : c’est la façon dont vous allez le dire. Les outils à disposition sont l’image (photo, dessin, 3D…), le son, la vidéo, mais surtout les mots. Cette réflexion et la rédaction qui s’ensuit doivent être réalisées par un professionnel. Le texte (mots-clés inclus) doit être pertinent, concis, compréhensible, séduisant, cohérent et clair.

La présentation : ergonomie, design, simplicité, intuitif, architecture, utilisateur, fonctions, autant de notions qui déterminent l’enjeu d’un site web. La présentation est aussi appelée la « forme », ce qui peut prêter à confusion avec la « forme » du propos, volet cité plus haut. En effet, tout comme la forme de la rédaction doit valoriser le message, le webdesign consiste à mettre en forme les éléments de contenu en les mettant en valeur, et à assurer une bonne navigation en plus d’adapter votre charte graphique.

Votre site a besoin d’équilibre entre ces paramètres. La navigation et l’accès rapide à l’information sont fondamentaux pour qu’un visiteur ne perde pas de temps et trouve satisfaction (qu’il ait recherché ou non quelque chose de spécifique).

Mais une fois ces infos atteintes, quid de leur pertinence ? On ne le répétera jamais assez : une stratégie de contenu est indispensable, le contenu éditorial jouant un rôle majeur au niveau de l’impact d’un site.

file000926134998Concernant l’information, sa hiérarchie est déterminante pour offrir une bonne navigation au lecteur et une clarté. En effet, à la moindre hésitation face à une fonction qui ne marche pas bien ou face à des rubriques mélangées et/ou illisibles qui rendent stressante toute recherche d’information, l’internaute peut prendre ses jambes à son cou rapidement et ne jamais revenir !


1. Quels éléments d’information ? 2. Comment les disposer ?

> La question 1 aborde la notion d’utilité. Le choix des informations se fait en amont. Celles-ci forment la base de votre communication. Évidemment, le but est qu’elles soient utiles. Il faut anticiper et se mettre à la place de l’internaute. D’où l’importance de connaître le profil de votre clientèle, tout comme vous maîtrisez la définition de vos produits ou services.
Cette question est directement liée à la question la plus importante : quelle est ma cible ?

> La question 2 aborde la notion de UX, ou user experiment, autrement dit l’expérience utilisateur : ergonomie, usage, intuition, impact, lecture, navigation, autant de termes auxquels est habitué tout bon webdesigner. Ce dernier doit travailler en étroite collaboration avec le « producteur » de contenu, le webrédacteur qui s’occupe de la stratégie éditoriale et qui est également au courant des aspects des métiers complémentaires (webdesigner, développeur, intégrateur…). Tout ce petit monde doit harmoniser ses compétences pour adapter votre site à vos objectifs.

N’oubliez jamais que c’est le contenu, et ce que vous voulez en faire, qui pose la première pierre de votre communication sur Internet et qui déterminera la qualité de votre futur site.

Par ailleurs, que ce soit pour les mots ou le design, il faut toujours avoir en tête qu’un internaute utilisateur, est avant tout un être pétri d’émotions, qui se lasse très vite.

Un site Web sans un contenu bien pensé, c’est comme une trottinette sans roues : ça ne sert pas à grand-chose…

+Anne Ropion